Los derechos humanos contra el vigilantismo digital

 

“Peligrosa práctica de la vigilancia masiva digital debe ser objeto de controles y contrapesos independientes” – Pillay

GINEBRA (16 de julio de 2014) – El Alto Comisionado de la ONU para los Derechos Humanos, Navi Pillay, advirtió el miércoles que los estudios realizados por su oficina y otros han puesto de manifiesto una falta “preocupante” de transparencia sobre las políticas y las prácticas de vigilancia gubernamentales “, incluyendo la coerción de facto de las empresas del sector privado para facilitar el acceso a la información y el barrido de los datos relativos a particulares, sin el conocimiento ni el consentimiento de éstos “. Ícone+legenda SSF_RIOpeq

Esa falta de transparencia está obstaculizando gravemente los esfuerzos para asegurar la rendición de cuentas de las violaciones de los derechos humanos resultantes. Por otro lado, eso sirve para “hacernos conscientes de que están llevando a cabo tales violaciones a pesar de un marco jurídico internacional claro, que establece las obligaciones de los gobiernos para proteger nuestro derecho a la privacidad y otros derechos humanos relacionados “.

Pillay dijo que su oficina ha estado trabajando durante más de un año en la compleja red de cuestiones relacionadas con el derecho a la vida privada frente a la tecnología digital moderna y las medidas de vigilancia digital. Se ha examinado la legislación nacional e internacional existente, una serie de sentencias judiciales recientes, y compilado información de una amplia variedad de fuentes, entre ellas a través de un cuestionario enviado a los Estados, las organizaciones internacionales y regionales, las instituciones nacionales de derechos humanos, organizaciones no gubernamentales y las empresas privadas del sector.

Como parte de este proceso en curso, la oficina de Pillay publicó el miércoles (16 de julio) un informe solicitado por la Asamblea General de la ONU en diciembre de 2013, que subraya la necesidad de controle y de salvaguardas procedimentales contra los programas de vigilancia gubernamentales.

El informe, titulado “El derecho a la privacidad en la era digital“, advierte que la vigilancia masiva Gubernamental está “se convirtiendo en un hábito peligroso en lugar de una medida excepcional”, y que las prácticas de muchos Estados revelan “la falta de legislación y / o de la ejecución nacional adecuada, la debilidad de las garantías procesales y supervisión ineficaz. ”

“Las plataformas tecnológicas sobre la vida política, económica y social global son cada vez más no sólo vulnerables a la vigilancia masiva”, dice el informe, pero “en realidad pueden facilitarlo.”

“La existencia misma de un programa de vigilancia de masas … crea una injerencia en la vida privada. Recae sobre el Estado el onus de demostrar que tal interferencia no es ni arbitraria ni ilegal “, dijo Pillay, y señaló que el artículo 17 del Pacto Internacional de Derechos Civiles y Políticos establece que” nadie será subyugado a injerencias arbitrarias o ilegales en su vida privada, su familia, su domicilio o su correspondencia, ni sera objeto de ataques ilegales a su honra o a su reputación”. El Pacto es un tratado vinculante ratificado por 167 Estados, también dice que” toda persona tiene derecho a la protección de la ley contra tales injerencias o esos ataques”.

El informe del Alto Comisionado señala que “las normas secretas e interpretaciones secretas de la ley – incluso interpretaciones judiciales secretas – no tienen las cualidades necesarias de” ley “. La naturaleza secreta de los poderes específicos de la vigilancia trae consigo un mayor riesgo de

ejercicio arbitrario de la facultad de apreciación que, a su vez, exige una mayor precisión en la norma que regula el ejercicio del poder discriminatorio, y la supervisión adicional. ”

El informe señala que, si bien que el envolvimiento judiciario puede ayudar a evaluar si tal vigilancia cumple las normas establecidas por el derecho internacional de los derechos humanos “, la implicación judiciaria en la supervisión no debe ser vista como una panacea. Insta a los Estados a establecer instituciones independientes para monitorear una tal vigilancia .

“En varios países, lo que justifica una revisión judicial de las actividades de vigilancia digital de la inteligencia y / o de los organismos de aplicación de la lei han llevado de manera efectiva a un ejercicio de caucho-stamping”, afirma. “La jurisprudencia en nivel regional ha hecho hincapié en la utilidad de un órgano de supervisión totalmente independiente, en especial para supervisar la ejecución de las medidas de vigilancia aprobados.”

Mientras que las salvaguardias pueden tomar una variedad de formas, el informe señala que la atención se está convirtiendo cada vez más hacia modelos mixtos de supervisión administrativa, judicial y parlamentario. “La implicación de todos los poderes del Estado en la supervisión de los programas de vigilancia, así como de una agencia de supervisión civil independiente, es esencial para asegurar la protección efectiva de la ley”, afirma.

(…)

Más informción
http://www.ohchr.org/EN/NewsEvents/Pages/media.aspx?IsMediaPage=true

http://www.ohchr.org/EN/Issues/DigitalAge/Pages/DigitalAgeIndex.aspx

Problema mundial das drogas

Em um evento paralelo sobre o impacto do Problema Mundial das Drogas nos Direitos Ícone+legenda SSF_RIOpeqHumanos, a Alta Comissária das Nações Unidas listou uma ampla gama de violações dos direitos humanos no contexto das políticas nacionais de controle de drogas, incluindo as violações do direito à vida; o direito à saúde; a proibição da tortura e outras formas de maus-tratos; a proibição da detenção arbitrária; o direito à igualdade e à não discriminação; os direitos dos povos indígenas; e os direitos das crianças. Ela também observou que a tendência a concentrar-se na repressão pode contribuir para a discriminação, e para níveis excessivamente altos de violência. Tecle aqui para acessar o texto da Conferência na Web do OHCHR.

Pela liberdade de expressão na China

Praça da Liberdade
Navi Pillay exhorte la Chine à relâcher les militants détenus et à assouplir les restrictions sur les discussions relatives aux manifestations de 1989 à Tiananmen

Ícone+legenda SSF_RIOpeq

GENEVE (3 juin 2014) – La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme Navi Pillay a fait part mardi de sa préoccupation concernant la détention de nombreux militants de la société civile, avocats et journalistes en Chine, à l’approche du 25ème anniversaire des manifestations de la place Tiananmen de 1989.

Des dizaines de personnes auraient été détenues par les autorités au cours de la période précédant le 25ème anniversaire des manifestations du 4 juin 1989, dont plusieurs auraient été placées en détention et accusées de créer des troubles pour avoir participé à une discussion privée sur les évènements de la place Tiananmen en 1989.

« J’exhorte les autorités chinoises à relâcher immédiatement les personnes détenues pour avoir exercé leur droit à la liberté d’expression », a déclaré la Haut-Commissaire.

Prenant note de rapports selon lesquels les autorités ont aussi imposé des restrictions relatives à l’anniversaire aux médias sociaux, aux médias traditionnels et dans l’utilisation d’Internet, Navi Pillay a déclaré qu’ « au lieu d’étouffer les tentatives pour commémorer les évènements de 1989, les autorités devraient encourager et faciliter le dialogue et la discussion comme un moyen de surmonter l’héritage du passé. »

Navi Pillay a insisté sur l’importance de mener un processus de recherche de la vérité sur les évènements du 4 juin 1989, malgré le temps qui s’est écoulé.

« On ignore encore beaucoup de choses sur ce qui s’est passé exactement entre le 3 et le 4 juin 1989. En l’absence d’une enquête indépendante et factuelle, il existe des versions des faits très divergentes. Le nombre de morts, par exemple, varie de centaines à des milliers de personnes et de nombreuses familles de victimes attendent toujours une explication sur ce qui est arrivé à leurs proches, » a-t-elle déclaré.

« Il est dans l’intérêt de tous d’établir les faits entourant l’incident de la place Tiananmen de manière définitive. La Chine a connu de nombreux progrès ces 25 dernières années, en particulier dans le domaine des droits économiques et sociaux, ainsi que des réformes juridiques. Apprendre des événements passés n’amoindrira pas les progrès des 25 dernières années, mais montrera le chemin parcouru par la Chine pour garantir que les droits de l’homme sont respectés et protégés. »

FIN

La Haut-Commissaire aux droits de l’homme visite le Maroc du 26 au 29 mai 2014

Ícone+legenda SSF_RIOpeq

GENEVE/RABAT (26 mai 2014) – La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme Navi Pillay effectuera sa première visite officielle au Maroc en sa qualité de plus haute représentante aux droits de l’homme des Nations Unies, du 26 au 29 mai 2014, à l’invitation de Sa Majesté le Roi Mohamed VI.

A Rabat, Mme Pillay rencontrera Sa Majesté le Roi Mohammed VI, le Premier Ministre, les ministres des affaires étrangères et de la coopération, de la justice et des libertés, de l’Intérieur ainsi que le délégué interministériel aux droits de l’homme. Elle rencontrera également les présidents des deux chambres du Parlement, un certain nombre de femmes juges, l’institution nationale des droits de l’homme, le Conseil économique, social et environnemental, des représentants de la société civile, le Coordonnateur résident des Nations Unies et son équipe ainsi que des membres de la communauté internationale.

A la fin de sa visite, le jeudi 29 mai à 9h00 (heure locale), la Haut-Commissaire tiendra une conférence de presse à l’Hôtel Sofitel de Rabat. La conférence de presse sera ouverte uniquement aux journalistes avec une carte de presse valide.

FIN
Check the Universal Human Rights Index: http://uhri.ohchr.org/en

Alta Comissária das Nações Unidas defende os Direitos Humanos na República Centroafricana

Ícone+legenda SSF_RIOpeq

Allocution d’ouverture de la Conférence de Presse de la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Navi Pillay, à l’occasion de sa mission en République Centrafricaine

Bangui, le 20 mars 2014

Bonjour, et merci à tous d’être présents.

Je dois dire, avec tristesse, que la situation en République centrafricaine est complètement différente de celle qui prévalait lors de ma dernière visite dans ce pays en février 2010. Je ne voudrais pas tenter de parcourir tous les graves problèmes de droits de l’homme auxquels la RCA est confrontée. Je me concentrerai plutôt sur quelques éléments qui ont émergé durant mes deux jours de discussions ici à Bangui avec, entre autres, la Cheffe d’Etat de la Transition, le Premier Ministre, le Ministre de la Justice, les organisations de la société civile, et les agences humanitaires qui sont en nombre important et essayent de répondre à  situation d’urgence complexe qui affecte une bonne partie du pays. J’ai également rencontré un certain nombre de diplomates, et le Chef de la Mission de maintien de la paix de l’Union africaine ((MISCA), ainsi que les Commandants de la  MISCA et de la Force militaire française, connue sous le nom de Sangaris.

La situation en République Centrafricaine est extrême. Bien que les tueries à grande échelle qui ont eu lieu en décembre et janvier paraissent être arrêtées pour le moment, principalement en raison de la présence des Forces de la MISCA et de Sangaris dans des zones  chaudes, des personnes continuent d’être tuées quotidiennement, spécialement par des groupes anti-Balaka. Environ 15.000 musulmans se trouvent piégés à Bangui et dans d’autres endroits du pays au Nord, au Nord-Ouest et au Sud, protégés par les forces internationales,  néanmoins dans des situations extrêmement dangereuses et insoutenables.

Comme mise en évidence par la nature extraordinairement vicieuse des tueries, la haine entre communautés demeure à un niveau terrifiant. C’ est devenu un pays où des personnes sont non seulement tuées, mais aussi torturées, mutilées, brûlées et démembrées – parfois par des groupes mobilisés de manière spontanée, tout comme par des groupes organisés de combattants armés. Des enfants ont été décapités, et nous sommes au courant d’au moins quatre cas où les tueurs ont mangé la chair de leurs victimes. Hier, l’une des organisations de la société civile qui tentent courageusement de documenter ces violations, m’a montré des photographies horribles d’un de ces cas.

Selon les organisations de la société civile et les agences des Nations Unies, les viols et violences sexuelles ont augmenté, spécialement dans les camps des personnes déplacées. Deux districts dans la capitale – PK 5  et PK 12 – demeurent des zones non-accessibles, avec des populations musulmanes piégées. D’autres musulmans qui vivaient auparavant à Bangui se sont virtuellement tous enfuis, tout comme les habitants de plusieurs villes et villages – dont beaucoup ont été partiellement ou entièrement détruits – dans la moitié ouest du pays. Il reste  aussi des dizaines de milliers de musulmans  déplacés à l’intérieur du pays, principalement victimes des Séléka. Les anti-Balaka, dont création est  au départ  liée à la réaction contre les exactions  des Séléka, se métamorphosent désormais en gangs criminels qui ont également commencé à (entraîner) les chrétiens et autres non-musulmans.

La MISCA, Sangaris et les agences humanitaires sont confrontés à d’énormes problèmes, ainsi qu’au terrible dilemme tel que choisir entre aider involontairement au «  nettoyage » des populations musulmanes piégées, or alors les laisser – contre leur volonté – dans des lieux où il y a un réel danger de les voir exécutés en masse.

L’économie s’est effondrée, le système sanitaire est virtuellement inexistant dans plusieurs endroits, de même que l’éducation. Comme le Directeur exécutif du Programme alimentaire mondial l’a souligné ici, hier, le pays fait également face  à  une crise alimentaire, avec une sécurité alimentaire menacée par le manque de fonds,  les difficultés d’accès, ainsi qu’une longue saison de pluie qui va commencer juste dans quelques semaines.

Les hauts-fonctionnaires membres du Gouvernement de Transition ont été extrêmement francs et ouverts à propos la tâche gigantesque à laquelle ils doivent faire face. Les dirigeants de l’Etat m’ont fait comprendre, qu’en réalité, il n’existait pas d’Etat. Il n’y a pas d’armée nationale cohérente, ni de police, ni de système judiciaire, pratiquement pas de lieux  de détention des criminels, ni de moyens pour  les juger, les poursuivre r ou les  condamner. La soi-disant « chaîne pénale » non seulement manque de maillons, mais elle ne fonctionne pas du tout.

La principale prison du pays, rouverte récemment ici à Bangui, a déjà connu deux incidents très graves : à une occasion, une foule en colère s’est introduite et a lynché quatre prisonniers musulmans. Puis, il y a deux semaines, neuf détenus se sont évadés – apparemment avec la complicité de certains gardes. Ailleurs, des personnes arrêtées avec du sang sur leurs machettes et, à la main, des membres coupés, ont été libérés parce qu’il n’y a aucun endroit où les détenir et aucun moyen de les arrêter pour les crimes qu’ils ont clairement commis.

Cela fut hautement symbolique que, lors de ma rencontre hier avec le ministre de la Justice, il n’y avait pas de courant. Bien que la lumière ait fini par revenir, elle m’a décrit comment elle n’a même pas d’ordinateurs pour enregistrer les données concernant les arrestations, la façon dont les procureurs reçoivent des menaces et comment au moins un magistrat a été assassiné. En conséquence, il règne une impunité quasi totale, sans loi  ni ordre en dehors de ce qui est pourvu par les troupes étrangères. Nous avons discuté la possibilité de faire appel à des juges et magistrats étrangers pour aider leurs homologues locaux à relancer le système judiciaire.

Tous ceux que j’ai rencontrés ont mis l’accent sur ​​la nécessité urgente de rétablir la loi et l’ordre – notamment grâce le déploiement de policiers et de gendarmes bien formés. Cependant, avec si peu de ressources disponibles même pour payer leurs salaires, il semble y avoir peu en matière de planification sérieuse pour assurer non seulement que cela se produise, mais se produise rapidement.

Au cours des neuf derniers mois, j’ai envoyé trois équipes de surveillance en RCA pour documenter les violations des droits de l’homme qui ont été commises, et les manques existants. Je suis également en train d’aider à renforcer les capacités de la composante droits de l’homme de le BINUCA, et d’appuyer la Commission d’enquête sur la RCA qui a été mise en place par le Conseil de sécurité en décembre et qui est maintenant sur le terrain et opérationnelle. J’ai exhorté tous mes interlocuteurs à faire tout leur possible pour aider cet organe très important, qui jouera un rôle clé pour désigner les responsables des violations les plus graves qui ont eu lieu depuis le début de la crise actuelle.

Le rapport le plus récent de mon équipe de surveillance, envoyés hier après une visite à Bambari, à 350 kilomètres au nord-est de Bangui, met en avant quelques bonnes nouvelles rares: la dite « Exception Bambari ». Après les massacres du 5 décembre à Bangui, qui se sont ensuite propagés rapidement à d’autres localités, les chefs religieux musulmans et chrétiens de Bambari ont conjointement redoublé d’efforts ardus pour prévenir des divisions émergentes parmi la population mixte de la ville, y compris en diffusant des messages de tolérance sur la station radio locale. En outre le chef militaire actuel de la ville a confisqué la plupart des armes et pris une série de mesures pour rassurer les deux communautés. Il a également repoussé les éléments ex- Séléka radicaux encore plus qui tentaient d’entrer dans Bambari.

Néanmoins, la situation demeure très fragile et d’autres villes et villages s’en sont moins biens sortis.

Les discussions d’hier après-midi dans le Parlement de transition s’autres signes plus positifs sont. Au cours de celles-ci, certains députés, dans leur interaction avec le ministre de la Justice, ont fortement mis l’accent sur l’importance des droits de l’homme, et explicité précisément certains de ces droits essentiels,  y compris le droit de tous à la vie. Ce débat important et étendu fut diffusé en direct sur la station radio principal du pays.

J’estime que les politiciens et les responsables nationaux et locaux devraient faire beaucoup plus d’efforts similaires hautement visibles pour marteler le message que les violations des droits de l’homme et la criminalité rampante ne seront plus tolérés ; que tous les sections de la société, y compris les minorités, ont les mêmes droits ; et que la réconciliation est vitale pour tout le monde si le pays doit se redresser. À cet égard, je suis heureuse d’apprendre du Premier ministre que le Gouvernement de transition est en train de mettre en place à la fois une Commission de réconciliation et une Commission permanente pour le dialogue.

Il s’est également engagé à accélérer la création d’une Commission nationale des droits de l’homme. Les Commissions nationales des droits de l’homme sont des organismes indépendants importants dotés de pouvoirs spécifiques et régies par un ensemble de normes internationales, connues sous le nom des Principes de Paris. J’ai offert les services de mon bureau pour aider le Gouvernement à s’assurer qu’elle soit d’un niveau élevé dès son lancement.

Mais les institutions spécifiques comme celle-ci auront beaucoup de difficultés à fonctionner à moins que la loi et l’ordre et le système judiciaire soient restaurés, et les populations déplacées puissent retourner rapidement et reconstruire leurs maisons et leurs vies confiantes qu’elles seront bien protégées par l’État. Il n’y aura pas de solution politique tant que ces conditions ne seront pas remplies.

La République centrafricaine paie un lourd tribut pour 50 ans de gouvernance extrêmement mauvaise. Avec un sol fertile et des ressources minérales précieuses, le pays devrait être riche. Au lieu de cela, avant même la catastrophe actuelle, il était l’un des pays les plus pauvres du monde. Un pays qui, malgré ses nombreux cours d’eau, et une longue saison des pluies, doit encore acheter de l’eau potable à ses voisins.

Au milieu de la catastrophe actuelle, il existe une occasion en or qu’il ne faut surtout pas manquer. Le gouvernement de transition doit non seulement agir de manière décisive pour faire en sorte que les fondements d’un Etat nouveau et plus sain soient mis en place, il doit aussi agir pour que l’ancien modèle de gouvernance corrompue ne réapparaisse pas. Il ne devrait pas dépendre entièrement de la communauté internationale pour combler les vides, parce que si c’est le cas il n’y aura jamais de relèvement complet.

Cela dit, je suis profondément préoccupée par la lenteur de la réponse de la communauté internationale. L’aide humanitaire est lamentablement sous-financée, et seuls 20 pour cent des fonds initialement demandés ont été reçus jusqu’ici. Les ONGs de défense des droits de l’homme n’ont même pas de moyens de transport pour se rendre sur le terrain pour découvrir ce qui se passe. J’exhorte les États à répondre rapidement à l’appel du Secrétaire général pour une force de maintien de la paix entièrement équipée de 10 000 soldats et 2.000 policiers. Lors de mes rencontres avec la MISCA et la Sangaris j’ai insisté sur la nécessité pour les forces maintien de la paix actuelles et futures à respecter les droits de l’homme, ce qui nécessitera une formation et un suivi attentif par les commandants et les Etats contributeurs.

En bref, bien que la RCA ait reçu une attention internationale, cette attention est loin d’être proportionnelle aux besoins, surtout par rapport à d’autres situations où les interventions internationales ont été marquées de succès. La création d’un système efficace de justice, de prisons de forces de police et autres institutions clés de l’État en pratiquement de zéro, est une entreprise énorme et complexe qui ne peut être accomplie sans les ressources nécessaires. La communauté internationale semble avoir oublié quelques-unes des leçons apprises en Bosnie-Herzégovine, au Rwanda, au Kosovo et au Timor oriental – pour n’en citer que quelques-unes.

Des organisations de la société civile m’ont dit avoir tiré la sonnette d’alarme bien avant que la crise ne se transforme en calamité, mais personne ne les a écoutées. Malgré quelques améliorations sur le front de la sécurité, la sonnette d’alarme résonne encore. Si nous nous trompons de nouveau, en omettant de soutenir ce pays de tout cœur dans cette période difficile, nous risquons des décennies d’instabilité et de la création d’un nouveau et fertile terreau pour l’extrémisme religieux, non seulement en RCA, mais dans toute la région .

Je ne peux pas m’empêcher de penser que si la République centrafricaine n’était pas un pays pauvre caché dans le cœur de l’Afrique, les terribles événements qui ont eu lieu – et continuent d’avoir lieu, aurait stimulé une réaction beaucoup plus forte et plus dynamique du monde extérieur. Combien d’autres enfants devront être décapités, combien d’autres femmes et les filles violées, combien d’autres actes de cannibalisme doit-il y avoir, pour nous réveiller vraiment et nous rendre attentifs ?

Merci.

FIN

Pour en savoir plus le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme : http://www.ohchr.org/FR/Pages/WelcomePage.aspx

Droits de l’homme à l’ONU, suivez-nous sur les médias sociaux:
Facebook: https://www.facebook.com/unitednationshumanrights
Twitter: http://twitter.com/UNrightswire
Google+: google.com/+unitednationshumanrights
Storify: http://storify.com/UNrightswire
Youtube: http://www.youtube.com/UNOHCHR